CoranSeul.com

La soumission doit être le fruit de la foi.

Enfin, nous comprenons mieux après le précédent article , que la soumission est nulle si elle n’est pas le produit de la foi.
Avant de continuer, je soulignerai que le plus haut degré de la soumission est probablement ce qui est appelé dans le Coran « Ikhlass » (traduit en général par absolution, ou dévotion en Dieu seul). Et le plus haut degré de foi est assurément « El-Yaquine » (traduit en général par certitude).

Tout ce que nous avons dit dans l’article précédent se retrouve parfaitement résumé dans le verset 74 :31 :

{Coran 74 :31}. Nous avons nommé les anges pour être les gardiens de l’Enfer, et nous avons assigné leur nombre : (1) pour déranger les mécréants, (2) pour convaincre les chrétiens et les juifs (que c’est une écriture divine), (3) pour renforcer la foi des fidèles, (4) pour enlever toutes traces de doutes dans les cœurs des Chrétiens, des Juifs, aussi bien que des croyants et, (5) pour exposer ceux qui arborent le doute dans leurs cœurs, et les mécréants ; ils diront, « Qu’est ce que DIEU veut dire par cette allégorie ? » DIEU ainsi égare celui qui veut, et guide celui qui veut. Personne ne connaît les soldats de votre Seigneur excepté Lui. Ceci est un rappel pour les gens.

Rappelons les traits caractéristiques des « Mounafique »/Hypocrites (ceux qui troquent leur religion)Continuer la lecture

De la soumission vers la foi.

Dans l’article précédent nous avions mis en avant les versets 49 :14 et 15, qui démontrent clairement la différence entre les termes soumis (musulman) et Croyant(Moumine). Nous allons si Dieu veut développer un peu ce sujet et l’approfondir.

Tout d’abord pour comprendre la différence entre ces deux termes, on pourrait simplement évoquer que l’On peut forcer quelqu’un à se soumettre, mais on ne peut aucunement le forcer à avoir la foi.

Nous retrouvons cette distinction dans le verset 3 :80. Dans ce verset nous constatons que la croyance telle que perçue en islam, c’est-à-dire la confiance en Dieu, vient après la soumission :

{Coran 3 :80} Et il ne vous commanderait pas d’idolâtrer les anges et les prophètes en tant que seigneurs. Vous exhorterait-il à ne pas croire après être devenus soumis ?

La soumission (pratique) est une étape nécessaire, voir indispensable, pour atteindre la foi, la confiance totale en Dieu. (Revoir éventuellement le sujet du 23 juillet 2010 sur l’interactivité – Ici, interactivité entre la soumission et la foi) Continuer la lecture

Êtes vous plutôt Mouslim (soumis/musulman) ou bien Moumine (croyant) ?

Les versets 49 :14 et 49 :15 semblent nous indiquer que « Moumine »(Croyant) est plus élevé en degrés du point de vue de Dieu, que « Mouslim » (soumis).

{Coran 49 :14} Les Arabes dirent, « Nous sommes Moumines (croyants). » Dis, « Vous n’avez pas cru ; ce que vous devriez dire est : « Nous sommes Musulmans (soumis). » jusqu’à ce que la croyance soit établie dans vos cœurs. » Si vous obéissez à DIEU et à son messager, Il ne laissera pas une de vos œuvres se perdre. DIEU est le Pardonneur, le Plus Miséricordieux.

{Coran 49 :15} Moumines (croyants) sont ceux qui croient en DIEU et Son messager, puis atteignent l’état de n’avoir aucun doute de quoi que se soit, et se battent avec leur argent et leur vie dans la cause de DIEU. Ce sont les véridiques.

Relisez attentivement le verset de temps à autres pour bien l’apprivoiser.

Afin de comprendre un peu mieux, rappelons ce que nous avons vu au précédent article :

Moumine = celui qui a confiance –> donc aspect spirituel/intellectuel de la foi.

Mouslim = celui qui se soumet –> donc aspect physique/rituel de la foi.

Regardons maintenant la foule de versets qui précédent ces deux-ci et qui nous parlent des croyants et les définissent : Continuer la lecture

Etymo … logique !

Au précédent article nous avons vu que le mot « Al-Nass » Étymologiquement voulait dire « celui qui oubli » ou « celui qui a oublié ». Aujourd’hui nous allons inch’Allah étudier le sens de quelques mots courants dans le Coran par une approche Étymologique, autrement dit l’analyse de la racine dont les mots découlent. Et vous verrez que cette méthode apporte un léger plus dans la compréhension globale des choses, et peu s’avérer fort intéressant dans l’étude de certaines notions religieuses.

Le but n’est pas d’apprendre l’arabe ainsi, mais de nous sensibiliser à cette approche différentes des mots coraniques.


Le Mécréant : Se Dit  « Koufar » en arabe, sa racine vient de « Kafara » qui évoque entre autres la notion « d’éloignement », ou de « rejeter au loin »… Ainsi le mécréant c’est celui qui s’éloigne de Dieu, ou qui rejette au loin ses enseignements, jusqu’à ne plus les voir (ce qui amène à un autre seens de la racine qui est « couvrir »). Ce que nous traduisons généralement en Français par « mécréant ». Nous retrouvons ce mot et cette notion dans le verset 3 :193 par exemple :
Dans le verset 3 : 193 il est dit : Wa Kaffir 3Annā Sayyi’ātinā Traduit généralement par : « fais-nous grâce de nos péchés » et qui peut aussi se traduire par « éloigne (écarte) de nous nos péchés ». Continuer la lecture

L’Effet Papillon

L’Expression « Fayounabiyoukoum bima kountoum ta’maloune » qui veut dire : « puis Il vous informera de tout ce que vous aviez fait » apparaît de nombreuse fois dans le Coran : 5 :14, 5:105, 6:60, 6:159, 9:94, 9:105, 10:23, 29:8, 31:15, 31:23, 39:7, 41:50, 58:7, 62:8.

Nous sommes à même de nous demander : Mais pourquoi Dieu devrait nous informer d’une chose que nous avons faite ?

Il semble en effet étrange qu’il y ait besoin de nous informer d’une chose que nous devrions déjà savoir, puisque c’est nous qui l’avons faite!

De toute évidence, Dieu souligne par là notre inconscience dans la majeure partie de nos actes. Prenons tout de même le temps d’analyser cela à la lumière du Coran, ce pourrait être instructif. De plus, si cette phrase est ainsi répétée autant de fois ce n’est certainement pas pour rien.

Premièrement, notons que l’homme est de nature à oublier, et que Dieu a formater notre mémoire avant de nous mettre au monde, au point que l’on ne se souvient pas notre vie passée. Continuer la lecture

Conseil lecture :