message

La première chose à noter concernant l’idolâtrie en arabe, c’est que curieusement dans le coran le mot Idolâtre (ainsi que « Idolâtrie ») n’existe pas à proprement parler.

Ce qui se rapproche le plus d’’idolâtrer en arabe et dans le coran, c’est la composition de mot : « 3ibada Asnam » qui signifiera littéralement « servir (ou adorer) une idole » ou encore « servir (ou adorer) une statue »…expression que l’on retrouve dans le Coran seulement aux versets 26:71 et 14:35.

Une autre composition de mot proche de cela c’est « 3akafa-l-Asnam », qui signifie littéralement : « se consacrer assidûment à une idole (ou statue) » que l’on retrouve dans le coran au verset 7:138.

Enfin, dans le Coran on trouve une dernière composition de mots qui pourrait s’apparenter à ce que l’on considère généralement comme « idolâtrer » en Français. Elle se trouve au verset 6:74 et se prononce « atakhada l-asnama aliha », qui veut dire littéralement : « prendre des statues/idoles comme divinité ».

Ces trois premières références vont nous aider, si Dieu veut, à mieux comprendre ce qui est entendu par « idolâtrie » dans le Coran.

Car me direz-vous : pourquoi dans les traductions du Coran on voit bien plus souvent le mot « idolâtre » ? Continuer la lecture

Comprendre le Coran.

« Que DIEU soit loué de nous bénir plus que bon nombre de Ses serviteurs croyants. » (27 :15)

« Que DIEU soit loué et paix sur Ses serviteurs qu’Il a choisit… » (27 :59)

« Que DIEU soit loué ; Il nous montrera Ses preuves, jusqu’à ce que nous les reconnaissions. Notre Seigneur n’ignore jamais rien de ce que nous faisons. » (27 :93)

Glorifié soit Dieu car nous ne connaissons que ce qu’il nous a enseigné !
De notre côté nous ne pouvons que nous efforcer d’apprendre mécaniquement le Coran. Quant à sa compréhension, il incombe à Dieu de nous en faire part ou non.

Nous avons évoqué au précédent article la nécessite d’apprendre le Coran. Toutefois « Apprendre » ne garanti pas de « comprendre ».

Dieu n’a de cesse dans le Coran de nous dire qu’Il a scellé le cœur des mécréants. Qu’il les a rendu sourds, muets et aveugles… complètement indifférents au rappel de leur créateur ! Quand ils sont informé au sujet de Dieu, ils se moquent. Que Dieu les maudisse donc et surtout qu’il nous protège de leurs mauvaises œuvres. Continuer la lecture

L’inquiétude envers nos proches incroyants.

Loué sois Dieu qui, un jour prochain, ôtera tout chagrin et toute inquiétude du cœurs de ses serviteurs dévoués :

{Coran 39:61} Et DIEU sauvera ceux qui ont maintenu la droiture ; Il les récompensera. Aucun tort ne les touchera, et ils n’auront pas de chagrin.

C’est un phénomène naturel, voir un réflexe normal, pour tout croyant sincère, de s’inquiéter pour ses proches qui refusent de croire  ou adorent des idoles sans s’en rendre compte.

Mais rappelons nous que tous n’est que « test », à la fois pour nous comme pour eux !

{Coran 18 :6 & 7} Tu peux te blâmer à cause de la réponse qu’ils font à ce récit, et parce qu’ils n’y croient pas ; tu peux être attristé. Nous avons paré toutes choses sur terre, afin de les tester, et ainsi distinguer ceux d’entre eux qui œuvrent à la droiture.

De plus Dieu connait réellement celui « qui » croit et celui « qui » ne croit pas : Continuer la lecture

« Abrogation » ou « abomination » ?

Nous allons aborder Si Dieu veut, un des concepts les plus absurdes qu’il m’ai été donné de rencontrer et auquel je n’ai jamais réussi à adhérer … même à l’époque ou j’ai été parmi les sunnites. Il s’agit du concept d’abrogation des versets…

Mais pour comprendre je vous invite à d’abord vous salir un peu le cerveau par la lecture d’un extrait pris sur le web… lisez bien :

… il serait intéressant de rappeler les principaux cas de figure du  » Naskh  » (abrogation) qui existent.

1. Certaines fois, le verset a été complètement abrogé, c’est à dire aussi bien sa lecture que l’ordre qu’il renferme ont été fait  » Mansoukh « . Aïcha (radhia allâhou anha) rapporte dans un Hadith qu’il existait à l’origine un verset du Qour’aane qui statuait que si un enfant avait bu 10 gorgées de lait d’une nourrice, à ce moment seulement cette dernière devenait sa mère de lait, et les liens de mariage devenaient interdits. Par la suite, ce verset a été retiré du Qour’aane et l’ordre qu’il contenait a aussi été abrogé, pour être ramené à une seule gorgée (selon les savants de l’école hanafite).

2. D’autres fois, c’est seulement la lecture du verset qui a été abrogée, c’est à dire que le verset a été retiré du Qour’aane, mais l’ordre qu’il contenait a été conservé et est encore en application. Exemple de ce genre de verset: Oumar (radhia allâhou anhou) nous apprend dans un Hadith qu’il existait au sein du Qour’aane un verset qui mentionnait la peine de la lapidation pour ceux qui commettent l’adultère alors qu’ils sont mariés. ( » ach chaykhou wac chaykhatou idhâ zanayâ fardjimouhoumâ albattata nakâlamminallâh wa rasoulih « .) Puis il a été retiré du Qour’aane mais l’ordre qu’il contenait a été conservé.

3. D’autres fois encore, c’est l’ordre contenu dans le verset qui a été abrogé, tandis que le verset lui-même a été conservé dans le texte coranique. Exemple de ce genre de verset:
 » Ô vous qui avez cru ! Quand vous avez un entretien confidentiel avec le Messager, faites précéder d’une aumône votre entretien : cela est meilleur pour vous et plus pur. Mais si vous n’en trouvez pas les moyens alors Allah est Pardonneur et très Miséricordieux ! » ( Verset 12 – Sourate 58).
Ce verset a été abrogé par le suivant :
 » Appréhendez-vous de faire précéder d’aumônes votre entretien ? Mais, si vous ne l’avez pas fait et qu’Allah a accueilli votre repentir, alors accomplissez la Salat, acquittez la Zakat, et obéissez à Allah et à Son messager. Allah est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites.  » (Verset 13 – Sourate 58).

Voici donc un résumé de ce que les savants musulmans ont écrit sur la question. (Références: « Al itqân fi ouloûmil Qour’aane », « Ouloûm-oul-Qour’aane », « At tafsîr oul Mounîr » et « At Tafsîroul Kabîr », entre autres.)

Continuer la lecture

Conseil lecture :