Soumission

Etymo … logique !

Au précédent article nous avons vu que le mot « Al-Nass » Étymologiquement voulait dire « celui qui oubli » ou « celui qui a oublié ». Aujourd’hui nous allons inch’Allah étudier le sens de quelques mots courants dans le Coran par une approche Étymologique, autrement dit l’analyse de la racine dont les mots découlent. Et vous verrez que cette méthode apporte un léger plus dans la compréhension globale des choses, et peu s’avérer fort intéressant dans l’étude de certaines notions religieuses.

Le but n’est pas d’apprendre l’arabe ainsi, mais de nous sensibiliser à cette approche différentes des mots coraniques.


Le Mécréant : Se Dit  « Koufar » en arabe, sa racine vient de « Kafara » qui évoque entre autres la notion « d’éloignement », ou de « rejeter au loin »… Ainsi le mécréant c’est celui qui s’éloigne de Dieu, ou qui rejette au loin ses enseignements, jusqu’à ne plus les voir (ce qui amène à un autre seens de la racine qui est « couvrir »). Ce que nous traduisons généralement en Français par « mécréant ». Nous retrouvons ce mot et cette notion dans le verset 3 :193 par exemple :
Dans le verset 3 : 193 il est dit : Wa Kaffir 3Annā Sayyi’ātinā Traduit généralement par : « fais-nous grâce de nos péchés » et qui peut aussi se traduire par « éloigne (écarte) de nous nos péchés ». Continuer la lecture

L’Effet Papillon

L’Expression « Fayounabiyoukoum bima kountoum ta’maloune » qui veut dire : « puis Il vous informera de tout ce que vous aviez fait » apparaît de nombreuse fois dans le Coran : 5 :14, 5:105, 6:60, 6:159, 9:94, 9:105, 10:23, 29:8, 31:15, 31:23, 39:7, 41:50, 58:7, 62:8.

Nous sommes à même de nous demander : Mais pourquoi Dieu devrait nous informer d’une chose que nous avons faite ?

Il semble en effet étrange qu’il y ait besoin de nous informer d’une chose que nous devrions déjà savoir, puisque c’est nous qui l’avons faite!

De toute évidence, Dieu souligne par là notre inconscience dans la majeure partie de nos actes. Prenons tout de même le temps d’analyser cela à la lumière du Coran, ce pourrait être instructif. De plus, si cette phrase est ainsi répétée autant de fois ce n’est certainement pas pour rien.

Premièrement, notons que l’homme est de nature à oublier, et que Dieu a formater notre mémoire avant de nous mettre au monde, au point que l’on ne se souvient pas notre vie passée. Continuer la lecture

Le Dikr/Le Rappel au travers des attributs de Dieu.

Après cette mise au point sur la crise, revenons en un instant sur la notion de détente et de loisirs. Les loisirs et la détente sont importants et ils peuvent être amplifiés dans leurs effets par la conscience, l’éveil, et la reconnaissance envers Dieu.

Méditer sur la création afin de savourer en profondeur chaque moment et de nourrir par la même occasion son âme.

En plein barbecue, par exemple, en famille ou avec des amis, rappelons nous Dieu à chaque instant en savourant chaque bouchée de chaque aliment. Le matin, glorifions Dieu lorsque l’on sent la fraîcheur de la rosée nous caresser et nous éveiller. Invoquons le aussi, lorsqu’il nous éveil à la beauté du silence qui nous relaxe tant, ou par la beauté des sons qu’il met à notre disposition : musique, chant d’oiseaux, bruits relaxant de l’écoulement de l’eau, clapotis les vagues, etc… Glorifions-le aussi à chaque émerveillement visuel nous rappelant sa grandeur : nuage, coucher de soleil, étoile, nature, etc.

Nous avons cité concernant la crise un attribut de Dieu : Ar-Razaq, Le Pourvoyeur. Profitons-en aussi pour parler du bien-être qu’apporte la méditation sur ses autres attributs divins.

Allah est celui qui possède les meilleures « Asma’a »(attributs, qualificatifs, noms). La méditation sur ses nombreux noms est très relaxante et par-dessus le marché éveil la conscience sur les possibilités qu’apporte la dévotion au créateur. Cela nous met en confiance et nous enseigne. Continuer la lecture

la crise.

Définition globale :

1. Une crise est une étape d’apparition ou d’augmentation de divers symptômes. Période en général particulièrement difficile.
2. Changement en bien ou en mal qui survient dans un domaine particulier et qui s’annonce par quelques phénomènes particuliers.
3. Il s’agit d’une mutation dont chacun, surtout si il est investisseur, doit apprendre à tirer le meilleur parti
4. L’ Idéogrammes Chinois pour écrire crise assemble le mot danger est le mot opportunités.

En tant que musulman, confiant en « le Tout-Puissant, le Sage », nous nous devons de ne garder que le positif de ces périodes appelées « crise ». Opportunité ? Saisissons-la ! Changeons, positivons, unissons nous, solidarisons nous, …

Et enfin, apprenons ! Puis tirons les leçons et avançons!

De quelle manière ? En voici quelques possibilités : Continuer la lecture

Conseil lecture :