Dans le dernier article, nous nous sommes arrêtés sur le verset 2:143. Nous allons ici nous attarder sur le début de ce verset et aborder une notion importante qui nous aidera peut-être aussi à y voir plus clair au sujet des rites et des divisions que ce sujet peut parfois causer.

Nous avions déjà abordé le sujet de la division lors d’un précédent article mais j’aimerai y revenir un peu et nous verrons ensuite pourquoi… Voyons avant tout le début de ce verset 2:143 :

{Coran 2:143}. Nous avons fait de vous une communauté impartiale,(…)

En voilà donc une chose intéressante!

Dieu définit la communauté Musulmane comme devant être « impartiale », ce qui va de paire avec les nombreux versets qui condamnent la division. 

Parmi tous les groupes de croyants existants aujourd’hui, quel est donc le groupe/parti que nous devons soutenir ?

Et bien la réponse est : aucun !…Le seul parti que nous devons soutenir est le parti de Dieu ! Comme nous l’apprend le verset 58:22. Car le parti de Dieu sont les vainqueurs !

Notons aussi ici que l’impartialité et fondamentale pour garder son libre arbitre, et rester juste lors de jugements ou de témoignages à émettre.

En effet, ayant reçu l’ultime testament de Dieu, « le Coran », cela fait de nous les modérateurs de tous les croyants. Ce qui engage une lourde responsabilité ! Nous avons pour devoir d’inviter tous les croyants à abandonner leurs sujet de divisions, leurs préjugés, et de s’unir sous la bannière du seul livre qui fait la lumière sur toutes ces querelles et qui constitue la parole de Dieu.

{Coran 3:103} Vous devrez tenir solidement au lien de DIEU, et ne pas être divisés…

{Coran 3:105. Ne soyez pas comme ceux qui se divisèrent et se querellèrent, malgré les clairs preuves qui leur ont été données. Car ce sont ceux qui ont encouru un terrible châtiment.

{Coran 6:159} Ceux qui se divisent en sectes ne font pas partie de toi. Leur jugement reste avec DIEU, puis Il les informera de tout ce qu’ils avaient fait.

D’ailleurs le verset 9:56 nous donne l’un des principaux traits des hypocrites : il créent et attisent la division au sein des groupes !

{Coran 9:56} Ils jurent par DIEU qu’ils font partie de vous, alors qu’ils ne font pas partie de vous ; ce sont des personnes qui créent des divisions.

{Coran 21 :93} Cependant, ils se divisèrent en des religions controversées. Ils nous reviendront tous (pour le jugement).

{Coran 30 :32} (Ne tombez pas dans l’adoration d’idole,) comme ceux qui divisent leur religion en sectes ; chaque groupe se réjouissant avec ce qu’il a.

Si j’ai tenu à faire ce rappel très important c’est pour amener une notion toute simple et qui nous aidera à faire le point sur les rites de l’islam et leur sauvegarde par Dieu.

Le Coran nous apprend que tous les rites ont été institués par Abraham. Aussi il y a une manière assez simple de faire ressortir l’essence même de la prière par exemple : il suffit de prendre toutes les manières de prier de tous les groupes Musulmans et de les analyser et comparer… puis enfin, de procéder par élimination en rayant tous les points sur lesquels ils ne sont pas d’accord et de ne garder que les points sur lesquels ils sont d’accord !

En procédant ainsi, on se retrouve avec seulement les points fondamentaux de la prière ; qui eux ne sont remis en cause par aucun groupe. Au passage, ces points sont désignés en arabe comme étant « fard », qui veut dire  « actes obligatoires ».

D’ailleurs la jurisprudence traditionaliste fait la distinction entre ces éléments dit « fard » /obligatoires en les appelant « piliers de la prière ». Opposés aux éléments dit « surérogatoires » ou « sounnah » (traditions attribuées au prophète Mohamed et à ses compagnons).

Les éléments généralement décris comme « pilier de la prière » par la jurisprudence musulmane traditionnelle sont les suivants :

1-Faire le adhan

2- le takbir (Magnification, dire « Allahou akbar »)

3- reciter la fatiha

4- l’inclinaison

5- la prosternation

6- le Tashahoud (attestation de foi faite en fin de certaines rakat, unités de prières)

7-saluer, proclamer la paix, en fin de prière pour marquer la fin de celle ci.

Aussi les premiers groupes de l’islam après le décès de Mohamed, à savoir les sunnites, chiites et kharijites ne divergent pas sur le fait qu’il y ait 5 prières obligatoires, ni sur les « arkan salat » ces fameux piliers de la prière. Ils ne divergent que sur la forme de ceux-ci.

Ceci nous permet de noter que Dieu à préservé la tradition d’Abraham au sein de chaque groupe qui ne se sont contenté d’y faire des ajouts selon leurs convenances et particularités historiques. Et ils ont alors ajouté aux rites Abrahamiques diverses superstitions et innovations polythéistes. Et par dessus le marché, en se disputant sur des futilités … chacun exultant alors de ce qu’il avait de mieux ou de particulier par rapport aux autres.

Le Coran, comme tous les messages de Dieu, n’ait venu que pour clarifier et réformer ce qui fut corrompu et non pas pour répéter ce que tout le monde savait déjà et ne niait pas. De même que dans le Coran, il ne reprend pas tous ce qui était dans la bible, mais corrige juste ce qui fut corrompu ou portait désormais à confusion.

Voilà donc une autre piste de recherche que nous voulions partager à ceux qui le désirent.

C’était une mise au point nécessaire, et qui nous aidera aussi dans notre quête de vérité et dans notre souci de modération envers les autres croyants par la grâce de Dieu.

{Coran 2:130} Qui voudrait abandonner la religion d’Abraham, excepté celui qui dupe sa propre âme ?…

{Coran 2:128} « Notre Seigneur, fais de nous Tes soumis, et fais de nos descendants une communauté qui soit Tes soumis. Enseignes-nous les rites de notre religion, et rachètes-nous. Tu es le Rédempteur, le Plus Miséricordieux.

Une réponse à Confusions, divergences et divisions

  • Bonjour et salam,
    J’irais même plus loin => au lieu de regarder les traditions tournons-nous vers le coran qui est encore plus simple et donc plus porter vers l’universel. Maintenant si on veut en faire plus ce n’est pas grave tant que l’on ne confond pas les moyens avec le but.
    La salat (dont une de ses définitions) est d’abord un hommage, une célébration, une commémoration et c’est un moyen vers un but plus grand : le rappel de dieu, de sa présence. Dans le Coran elle est faite dans des moments ou l’activité humaine (au sens de travail) est apaisé (aube, crépuscule et éventuellement la nuit) et elle ne vient pas perturber cette même activité le jour. Dieu ne demande le jour que le rappel. Toujours cette notion d’équilibre, d’harmonie recherché sans nier les besoins humains mais en les canalisant vers des buts plus élevés la face tournée vers notre maitre et seigneur.
    Afin d’ilustrer mes propos, voici un des signes probants et évidents de dieu que j’adore me remémorer : [7:26] Ô enfants d’Adam, Nous avons fait descendre sur vous des vêtements pour cacher votre nudité, ainsi que des parures. Mais le vêtement de la prémunition, voilà qui est meilleur. Voilà un des signes de Dieu, afin qu’ils se rappellent [et remémorent].
    Salam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *