Le projet, l’élimination des soucis, … le Bonheur parfait.

Une fois les liens défaits, nous allons maintenant amorcer un sujet d’étude et voir un verset : le 22:15.
En commençant par le rattacher à nos précédentes études, et notamment à la deuxième partie de notre précédent article sur l’idolâtrie.

Bonheur maintenant, et pour toujours.

{ Coran 22:15} Si quelqu’un pense que DIEU ne peut pas le soutenir dans cette vie et dans l’Au-delà, qu’il se tourne complètement vers (son Créateur dans) le ciel, et rompe (sa dépendance à tout autre). Il verra alors que ce projet élimine tout ce qui le dérange.

Bien que ce verset revêtit un côté allégorique, je n’ai pu m’empêcher de l’appliquer purement et Physiquement. (50:6, 40:37, 50:6 …)

Je me suis donc tourné vers le ciel … Et j’y ai vu : la rectitude, la perfection et la soumission en Dieu seul.

J’y ai vu une couleur d’un bleu parfait et apaisant, avec des nuages (86:11) qui dans leur structure fractale résument à merveille la composition du monde, et dans leur structure en hydrogène résument sur bien des plans la création physique de notre monde (16:4, 18:37) et l’importance de l’eau qu’ils contiennent (14:32, 15:22, 16:65, 20:53, 23:18, etc…).

J’y ai vu des tas de créatures, les abeilles (16:68) et les oiseaux (16:79), soumis à Dieu en rangs serrés et aimant cela (24:41, 67:19, 6:38). J’y ai vu de merveilleux coucher de soleil. (36:38)

Enfin, j’y ai vu l’immensité des cieux (10:101, 85:1, 7:54) et ses milliards d’étoiles parfaitement ordonnées (15:16, 25:61, 37:6) qui se prosternent (55:6).

Et derrière tout cela, bien au-delà, l’infini et l’éternité du Royaume céleste. (40:57, 18:51, 57:3, 23:86, 53:15, 39:6778:12)

Et effectivement, quel autre projet que de réintégrer le parfait Royaume de Dieu ? (2:82, 32:17, 36:55, 46:14, 57 :21, 89:27à30, etc…) Ce projet n’est-il pas d’une importance capitale au point de rendre nos petits soucis terrestres insignifiants ? (42:18, 23:75, …)

De plus, concernant ces petits tracas du quotidien dont on a pris l’habitude de faire tout un drame et dont nous sommes la seule cause (4:79) : Ce verset n’invite-t-il pas à invoquer Dieu afin qu’Il éradique les quelques résidus de soucis que notre mise en application rigoureuse de ses commandements n’aurait pas déjà éradiqués ? (20:26, 35:34)

Concernant la structure de ce verset, la deuxième partie nous parle de « projet qui élimine ce qui dérange », cela ne revoit-il pas à considérer ce qui est évoqué dans la première partie (le doute au sujet de Dieu) comme étant en fait la source de tous les problèmes qui dérangent ?

N’est-il pas vrai que même en tant que croyant, régulièrement nous doutons de telle ou telle chose pourtant parfaitement et clairement expliquée par Dieu ? N’est-il pas vrai que nous oublions trop souvent la finalité de l’Au-delà ?… Et malgré tout cela, Dieu continue sans cesse à nous inviter….

Soubhan’Allah… Gloire à Dieu… Le seul digne de louanges. Ce seul verset à lui seul ferait se courber une montagne… et nous avons tout un Coran entier à étudier.

La grandeur du Quran :

{Coran 59 :21} Si nous avions révélé ce Coran à une montagne, tu l’aurais vu trembler, s’effondrer, par révérence pour DIEU. Nous citons ces exemples pour les gens, qu’ils puissent réfléchir.

Nous continuerons d’approfondir ce sujet inch’Allah dans nos méditations nocturnes et nos études… Ce n’était là qu’une amorce, une invitation à réarranger nos priorités… à réorganiser notre vie pour qu’elle transpire le bonheur parfait dès Maintenant, et pour toujours.

Enfin pour terminer, je ne peux m’empêcher de faire une remarque personnelle : Ce verset, le 22:15, se trouve au milieu de la sourate du « pèlerinage », et curieusement l’ambiance de ce verset (ou plutôt de sa traduction) n’arrête pas de me rappeler le jour de « Arafat », lors du pèlerinage. Ce jour où nous étions tant et tant, debout au milieu de cette vaste étendue, face au ciel… Tous nus sous notre Ihram, en état de sainteté… ; Tous, les yeux rivés vers le ciel à implorer Dieu… Tout autant que nous étions, à espérer que ce jour ne cesse jamais !

{Coran 37:180 à 182} Que soit glorifié notre Seigneur, le grand Seigneur ; bien au-dessus de leurs dires. Paix soit sur les messagers. Que DIEU soit loué, Seigneur de l’univers.

2 réponses à Le projet : le Bonheur parfait.

  • Bonjour et salam,
    D’accord avec le fonds du post. Cela fait du bien de vous lire. merci.
    Par contre je pense que votre compréhension du verset 22:15 (malgré sa profonde formulation mais je me trompe peut-être..) ne cadre pas avec le contexte de ce signe et je lui préfère celle de Muhammad Asad (The Message Of Quran – proche de la version de maurice Gloton) :
    22:15
    Si quelqu’un pense que Dieu ne le secourra pas dans ce monde et dans la vie à venir, qu’il atteigne le ciel par [d’autres] moyens et [ainsi qu’il essaie] de faire des progrès: et laissez-le voir si ce plan de sa volonté fera en effet disparaître la cause de son angoisse/irritation.
    => allusion aux versets 12&13 => il invoque d’autres divinités..
    ou bien :
    22:15
    Celui qui pense que Dieu ne le secourra pas dans l’ici-bas et dans l’Au-delà, qu’il
    étende sa requête vers le ciel, puis qu’il stoppe, et qu’il voie si sa ruse va faire disparaître ce
    qui l’enrage.
    => allusion au verset 11 :même notion d’ici-bas et d’au-delà et même personnes hésitantes

    • Bonjour,
      Il s’agit d’un prêche qui avait été effectué en 2011 avec pour base de traduction du verset la traduction de R. Khalifa.
      A cette époque nous n’avions pas encore les outils du site coran-seul, et la traduction ou plutôt l’interprétation de R. Khalifa était tellement originale et tellement plus logique que tout ce que l’on lisait ailleurs. et à cette époque je n’avais pas encore eu vent de la traduction de M. Gloton.
      Par contre la seconde traduction que tu propose (et que j’aime bien) est plus littérale que la première qui est tout autant interprétative que celle présentée dans l’étude.

      Libéralement et mot à mot ça donnerai un truc du genre :

      22 : 15 – |#1#| Quiconque |#2#| est en train de |#3#| penser |#4#| que |#5#| jamais |#6#| le soutiendra |#7#| Dieu |#8#| dans |#9#| l’ici-bas |#10#| et l’au- delà, |#11#| alors qu’il déploie donc |#12#| par une voie (un lien) |#13#| en direction |#14#| du ciel |#15#| puis ensuite |#16#| qu’il se désolidarise donc. |#17#| Alors qu’il observe :|#18#| est-ce que |#19#| cela dissipent effectivement |#20#| sa manigance |#21#| qui |#22#| cause contrariété?

      Vu qu’il parle des croyants agréés par Dieu au verset juste avant, je pense que ce verset va dans la continuité en proposant une solution aux croyants qui malgré leur foi continueraient à ne pas ressentir le bonheur promis dans cette vie et dans l’au-delà. La solution serait de se tourner exclusivement vers le ciel, et se désolidarise du reste (rompe l’attachement avec le bas monde), afin de constater si cela dissipent ses tracas.

      Mais le verset de par sa formulation très ambigüe est clairement et fortement allégorique. Donc on pourrait en discuter longtemps encore.

      Quoiqu’il en soit, ce prêche nous avait fait beaucoup de bien, et il fait partie de la poignée de prêche qu’il m’est toujours agréable de relire, même 6 ans après sa rédaction initiale…

      Paix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *