Dévotion

Parmi les termes qui ont perdu tout leur sens aujourd’hui, il y a celui-là : être musulman. Si vous posez la question à 10000 personnes sur la signification du mot musulman, vous aurez grosso modo 3 types de réponse reposant sur deux définitions globales et toutes bien loin de la définition coranique de ce terme. À tel point que je me pose à chaque fois la question sur ce que peuvent bien sous-entendre les gens lorsqu’ils emploient ce terme.

Faisons un tour rapide et grossier des deux définitions les plus majoritairement admises consciemment ou inconsciemment quant à ce terme :

  • Un musulman est un Arabe.  Ou un n’importe quel sémite qui ne serait pas juif (Berbère, Turc, etc…)
  • Un musulman est un adepte du prophète Mohamed.

À cela s’ajoute malheureusement une définition de plus en plus populaire qui est liée à la seconde définition :

  • Un musulman est un adepte du prophète Mohamed qui était un pilleur, terroriste, pédophile sanguinaire.

Deux définitions et demi qui n’ont quasiment aucun rapport avec le Coran et ses enseignements. Nous sommes tombé bien bas! Il faut l’admettre.

Certains trouveront que je caricature et que j’exagère. Et pourtant, bien que je caricature effectivement un peu, je n’exagère pourtant pas tant que ça. Nous sommes bel et bien dans cette situation et c’est même peut-être pire que de le dire.

Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai vu des voleurs, dealers et autres déchets de notre société considérés comme étant « musulmans » par des non musulmans tantôt, mais aussi (et c’est là le malheur) par des gens qui se proclament musulmans et même parfois par des imams. Je ne compte plus le nombre de Continuer la lecture

Cher frères et sœurs, assalam aleykoum. Que la sérénité soit votre gouvernante.

J’ai depuis quelques temps entamé l’écriture d’un Livre dont je souhaite vous faire part. Le livre est axé sur le développement personnel sur base du Coran car j’ai noté que cela faisait grandement défaut aux jeunes issus des cultures musulmanes comme c’est mon cas. Le livre se veut non polémique, même si certains tenteront de le classer dans cette rubrique du fait que certaines pensées ne colleront pas forcément à leurs dogmes. Il regroupe certaines analyses et conclusions qui sont ressorties de ces deux dernières décennies que j’ai passée dans l’étude de l’écriture sainte. En tentant d’être pragmatique et en allant à l’essentiel pour avoir une vision plus efficiente des notions primordiales du Coran et de la foi qui en découle.

Je pense terminer le livre d’ici janvier 2018, car je en suis pas très rapide et que cet exercice demande pas mal de relecture. Il devrait faire aux alentour de 150 à 160 pages. De plus je continue le développement des sites internet en parallèle. Si Dieu veut, je mettrai Continuer la lecture

Mise à jour d’un article initialement rédigé le 13 mai 2011 :

{Coran 3:32} Proclames : « Vous devrez obéir à DIEU et au messager. » S’ils refusent, DIEU n’aime pas les mécréants.

{Coran 4:80} Celui qui obéit au messager est entrain d’obéir à DIEU. Quant à ceux qui se détournent, nous ne t’avons pas envoyé comme leur gardien.

« Obéissez à Dieu et obéissez au messager » est une expression très fréquente dans le Coran. Il est à noter ici que la traduction est erronée. En fait une traduction plus fidèle donnerait « Ployez vers Dieu et ployer vers le messager », ce qui reviendrait à dire « tendez vers Dieu et tendez vers son message ». Ce qui souligne « une tendance à observer » et non pas une obéissance strict qui serait non seulement contraire au principe de liberté instauré par Dieu et imposé dans le Coran, mais en plus serait de toute façon inapplicable vu que les contours de la révélations sont compris de manière différentes d’une communauté à une autre.

ط و ع

طَوَّعَ :ployer, obéir, dompter, plier, assujettir, maîtriser, obéir, soumettre, subjuguer, subordonner, vassaliser / enrôler, mobiliser, recruter

طَيِّع : docile, malléable, obéissant, soumis, facile / flexible, élastique, …

Toutefois, de cette compréhension en « Obéissez à Dieu et obéissez au messager », les traditionalistes en ont conclus qu’en plus du Coran de Dieu il fallait obéir aux consignes du messager. Ce qui n’est pas insensé dis comme cela, mais le problème étant le degré de véracité qui nous a été rapporté de ses propos au travers des hadiths. En fait on ne peut obéir au messager que lorsque l’on est sûr qu’il a bien donné telle Continuer la lecture

Je me suis énervé aujourd’hui !

Résultat de recherche d'images pour "énervement"Moi qui suis de ceux qui cherchent la paix et le perfectionnement (Mouslim), je me suis laissé emporter. Et dans l’emportement, j’ai mal réagi avec impulsivité.

Vous avez peut-être tous connu ça, même probablement plusieurs fois. Dire que j’avais 100% raison au départ! Mais du fait de m’être emporté de trop et d’avoir dépassé les bornes, je me suis retrouvé à culpabiliser et même à me sentir mal. J’ai mis presque une heure à me calmer durant laquelle j’ai tenté d’analyser ce qu’il s’était passé en moi. Continuer la lecture

 

Adonnons-nous à une brève analyse de petites sourates en commençant avec la sourate 102 : El-Takathour (l’amassement).

Verset 1. Vous restez préoccupés avec l’amassement.

Ce verset est d’emblée très intéressant. La racine du mot « hakoumou » renvoi à la distraction, l’amusement, le sport, etc.

Pour le mot « takathour » on ne le retrouve qu’une seule fois dans le Coran au verset 57:20, et sa racine vient du mot « kathir » qui renvoi à la « quantité ». (multitude, abondance, etc…)

Si on en croit certains témoignages historiques, cette sourate aurait été semble-t-il la préférée de Napoléon. De son temps, le mot « takathour » était traduit en « course aux richesses », et Napoléon déclara qu’il était séduit par la relation entre la définition de ce mot « course aux richesses » et la phonétique de ce même mot qui lui faisait clairement penser au bruit des sabots des chevaux de courses (« takathour takathour takathour »…). C’est une anecdote marrante, bien que la relation phonétique du terme ne semble pas être aussi simple.

Concernant la quantité, on pourrait citer un principe coranique qui est que : la « quantité » est souvent associé à la perte de « qualité ».

René Guénon, lorsque reconvertit au soufisme, repris souvent ce principe Coranique et le donna même en titre à l’un de ses livres « Le règne de la quantité et les signes des temps », où il condamne l’attrait quantitatif de l’homme au détriment de l’aspect qualitatif. Principe qui est fortement présent dans Continuer la lecture

Conseil lecture :