L’environnement du Jeûne (ou Abstinence / Siyam)

Nous allons maintenant nous intéresser à certains aspects du jeûne et à l’environnement de celui-ci dans le coran.
Bien que nous soulignions les aberrations de certains traditionalistes qui font du mois de Ramadan un mois spécifique de retenue et de bonne conduite, [alors que cela est sensé être la cas toute l’année durant, et non pas seulement au moment du jeûne] , nous noterons toutefois que le jeûne est propice à la méditation et au contrôle de soi, lorsqu’il est correctement effectué. Nous revenons ainsi sur l’un de nos précédents articles concernant l’importance de nos « paroles ».

Si nous regardons les occurrences du mot « Siyam/Jeûne » et de ses dérivés dans le Coran, nous constaterons une relation particulière entre le « Jeûne » et la « Parole ».

Tout d’abord d’un point de vue simplement anatomique, la bouche nous sert à respirer, à manger, à boire et à parler. Si l’on exclut la respiration dont nous ne pouvons nous priver plus de quelques minutes, il nous reste donc la nutrition et la communication.

Et c’est principalement sur ces deux aspects que le jeûne nous amène à travailler au cours du mois de Ramadan.

Au delà de la méditation concernant la « faim » que nous apporte ce mois de jeûne (et qui nous conduit à mieux comprendre ce que signifie l’importance de la charité envers les nécessiteux), le travail au cours de ce mois se rapporte bel et bien à notre « manière de manger » et notre « manière de parler ». Nous verrons cela un peu plus loin à travers quelques versets….

Pendant ce mois, où la salive devient précieuse (surtout que cette année le ramadan tombe pendant la période d’été), l’économie de paroles (et donc de salive) s’impose. De ce fait, en même temps que le jeûne nutritif s’ensuit automatiquement une restriction de la parole pour ceux qui en ont conscience.

Aussi vers la fin de la journée, où la faim nous tiraille, il est de plus en plus difficile, surtout lors des premiers jours de jeûne, de ne pas s’énerver et de rester calme… Et il est bien important de travailler sur le « self- contrôle » précisément à ces moments-là.

Ce qui est fabuleux pour un croyant pendant la période de jeûne, c’est qu’en plus de nos prières quotidiennes, la faim pendant ces jours nous rappelle toute la journée que nous vouons un jeûne à Dieu, le Tout-Puissant, et cela agit ainsi en rappel (Dzikr) constant : Pour les croyants, ceci est un phénomène merveilleux.

Mais trêve de discours et voyons le rapport entre le jeûne (syiam) et la parole à travers les occurrences de ce mot dans le Coran.

Dans le verset 19:26, le mot « Syam » est utilisé pour Marie afin qu’elle proclame à ses contemporains qu’elle voue un jeûne (qu’elle à fait vœux de silence) au Tout-Puissant. Cette relation avec le « jeûne/vœux de silence » se comprends par la fin du verset :

{Coran 19:26} « Manges et bois, et sois heureuse. Quand tu vois quelqu’un, dis : « J’ai fait vœux de silence (syiam) ; je ne vais parler à personne aujourd’hui. » »

Du coup, le verset ne peut être plus clair en terme de relation entre le « jeûne » et le contrôle de la « parole »…

Une autre relation peut être faite avec la sensibilisation au travail sur la maîtrise de nos paroles au verset 5:89, où Dieu nous impose un jeûne de 3 jours en alternative pour se repentir d’avoir trahi une « parole/serment » que l’on se serait engagé à tenir.

 

 

{Coran 5:89} … vous devrez jeûner trois jours. Ceci est l’expiation pour violer les serments que vous avez jurés de tenir. Vous devrez accomplir vos serments. DIEU ainsi vous explique Ses révélations, que vous puissiez être reconnaissants.

Enfin, on pourrait ajouter le verset 58:4 qui nous impose aussi un jeûne suite à une réconciliation après un divorce proclamer en des termes offensants et inappropriés envers sa femme (voir 58 :1et 2)…

En outre, un rapprochement entre « jeûne » et « parole » peut être fait à partir du verset 49:12 :

{Coran 49:12} … et vous ne devrez pas vous calomnier les uns et les autres; ceci est aussi abominable que de manger la chair de votre frère mort. Vous détestez certainement ceci…

Donc comme nous l’avons vu dans un précédent article, notre parole est très importante et il est capital de travailler sur cette dernière : de tenir nos promesses, de parler correctement, d’invoquer Dieu de la manière que le Coran nous enseigne, etc….

Le Jeûne durant le mois de Ramadan est également là pour nous aider à méditer et à travailler là-dessus.

{Coran 41 : 33} Qui peut prononcer de meilleures paroles que celui qui invite à DIEU, œuvre à la droiture, et dit, « Je suis un soumis. »

{Coran 73 :10} Et restes constant vis à vis de leurs paroles, et ignores-les d’une manière bienveillante.

{Coran 2:263} Les paroles bienveillantes et la compassion sont mieux qu’une charité qui est suivie par une insulte. DIEU est Riche, Clément.

{Coran 33 :70} O vous qui croyez, révérez DIEU et ne prononcer que des paroles correctes.

{Coran 70 :32} Et les croyants tiennent leurs paroles ; ils sont dignes de confiance.

Enfin, pour terminer nous pouvons amorcer une autre relation intéressante (à chacun d’approfondir) :

Le mot « Ramadan » vient de « Ramad » qui signifie « être brûlé par le soleil », « un sol brûlant » et signifie littéralement en ce qui concerne le jeûne « avoir l’estomac en feu »…

Ce qui nous invite à un travail volontaire de notre vivant, pour être sensibilisé à cela et éviter de subir plus tard (si Dieu veut) les descriptions allégoriques qui nous sont faites de l’enfer où il est souvent question d’avaler « l’arbre de l’enfer » (37:64 à 66), boire d’une source brûlante (88 :5 à 7), ou encore d’un liquide semblable à l’acide (18:29), etc…etc…

Et cela en punition pour avoir manger (cf mot arabe « akala ») les biens des orphelins (4:2, 4:10, etc), consommer l’usure (2:275) et les biens des autres (4:29, 4:161, ), et manger des gains illicites (5:62), etc… etc…

{Coran 4:10} Ceux qui consomment les propriétés des orphelins, mangent du feu dans leurs ventres, et souffriront en Enfer.

{Coran 7:31} Ô enfants d’Adam, vous devrez être propres et bien habillés lorsque vous allez à la mosquée. Et mangez et buvez modérément ; Sûrement, Il n’aime pas les gourmands.

De plus, l’importance du jeûne, et de la méditation en ce mois, sont soulignés au verset 15:3 qui fait référence aux mécréants qui sont complètement indifférents face à ceci :

{Coran 15 :3} Laisses-les manger, et rester aveuglés par des illusions ; ils découvriront.

Pour finir, profitons-en pour rappeler l’importance de commémorer le nom de Dieu sur tout ce que l’on porte à notre bouche :

{Coran 47 :12} DIEU admet ceux qui croient et mènent une vie droite dans des jardins où coulent des ruisseaux. Quant à ceux qui ne croient pas, ils vivent et mangent comme des animaux, et terminent dans le feu de l’Enfer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *