Ikhlass

Vouer notre adoration (assujettissement) et nos vies à Dieu Seul est la manifestation naturelle et la seule valable de notre soumission à Lui.

Si le but et la fondation de tous les choix et des directions que nous prenons dans la vie, ne sont pas de plaire à Dieu seul et de suivre sa guidance divine, alors nous pouvons facilement atterrir sur la route de l’idolâtrie et satisfaire nos propres divinités.

Ensuite, si nous continuons sur cette mauvaise fondation sans réévaluation ou repentance avant de quitter cette terre, nous terminons simplement en tant que perdants au Jour du Jugement (4:116). Car toutes les bonnes actions sont vaines si Dieu n’approuve pas cette fondation et ne nous pardonne pas de commettre tel ou tel péché.

De nombreuses générations ont été déviées du chemin de Dieu, pensant qu’elles faisaient le bien, uniquement parce qu’elles ont changé de directions après avoir reçu la guidance, puis ont perdu leur focus sur le seul chemin parfait que Dieu a désigné et le seul message parfait communément délivré par tous les messagers : « Adorez (servez) Dieu Seul et EVITEZ l’idolâtrie » 16:3621:25.

L’adoration d’idole annule Continuer la lecture

La soumission doit être le fruit de la foi.

Enfin, nous comprenons mieux après le précédent article , que la soumission est nulle si elle n’est pas le produit de la foi.
Avant de continuer, je soulignerai que le plus haut degré de la soumission est probablement ce qui est appelé dans le Coran « Ikhlass » (traduit en général par absolution, ou dévotion en Dieu seul). Et le plus haut degré de foi est assurément « El-Yaquine » (traduit en général par certitude).

Tout ce que nous avons dit dans l’article précédent se retrouve parfaitement résumé dans le verset 74 :31 :

{Coran 74 :31}. Nous avons nommé les anges pour être les gardiens de l’Enfer, et nous avons assigné leur nombre : (1) pour déranger les mécréants, (2) pour convaincre les chrétiens et les juifs (que c’est une écriture divine), (3) pour renforcer la foi des fidèles, (4) pour enlever toutes traces de doutes dans les cœurs des Chrétiens, des Juifs, aussi bien que des croyants et, (5) pour exposer ceux qui arborent le doute dans leurs cœurs, et les mécréants ; ils diront, « Qu’est ce que DIEU veut dire par cette allégorie ? » DIEU ainsi égare celui qui veut, et guide celui qui veut. Personne ne connaît les soldats de votre Seigneur excepté Lui. Ceci est un rappel pour les gens.

Rappelons les traits caractéristiques des « Mounafique »/Hypocrites (ceux qui troquent leur religion)Continuer la lecture

De la soumission vers la foi.

Dans l’article précédent nous avions mis en avant les versets 49 :14 et 15, qui démontrent clairement la différence entre les termes soumis (musulman) et Croyant(Moumine). Nous allons si Dieu veut développer un peu ce sujet et l’approfondir.

Tout d’abord pour comprendre la différence entre ces deux termes, on pourrait simplement évoquer que l’On peut forcer quelqu’un à se soumettre, mais on ne peut aucunement le forcer à avoir la foi.

Nous retrouvons cette distinction dans le verset 3 :80. Dans ce verset nous constatons que la croyance telle que perçue en islam, c’est-à-dire la confiance en Dieu, vient après la soumission :

{Coran 3 :80} Et il ne vous commanderait pas d’idolâtrer les anges et les prophètes en tant que seigneurs. Vous exhorterait-il à ne pas croire après être devenus soumis ?

La soumission (pratique) est une étape nécessaire, voir indispensable, pour atteindre la foi, la confiance totale en Dieu. (Revoir éventuellement le sujet du 23 juillet 2010 sur l’interactivité – Ici, interactivité entre la soumission et la foi) Continuer la lecture

Etymo … logique !

Au précédent article nous avons vu que le mot « Al-Nass » Étymologiquement voulait dire « celui qui oubli » ou « celui qui a oublié ». Aujourd’hui nous allons inch’Allah étudier le sens de quelques mots courants dans le Coran par une approche Étymologique, autrement dit l’analyse de la racine dont les mots découlent. Et vous verrez que cette méthode apporte un léger plus dans la compréhension globale des choses, et peu s’avérer fort intéressant dans l’étude de certaines notions religieuses.

Le but n’est pas d’apprendre l’arabe ainsi, mais de nous sensibiliser à cette approche différentes des mots coraniques.


Le Mécréant : Se Dit  « Koufar » en arabe, sa racine vient de « Kafara » qui évoque entre autres la notion « d’éloignement », ou de « rejeter au loin »… Ainsi le mécréant c’est celui qui s’éloigne de Dieu, ou qui rejette au loin ses enseignements, jusqu’à ne plus les voir (ce qui amène à un autre seens de la racine qui est « couvrir »). Ce que nous traduisons généralement en Français par « mécréant ». Nous retrouvons ce mot et cette notion dans le verset 3 :193 par exemple :
Dans le verset 3 : 193 il est dit : Wa Kaffir 3Annā Sayyi’ātinā Traduit généralement par : « fais-nous grâce de nos péchés » et qui peut aussi se traduire par « éloigne (écarte) de nous nos péchés ». Continuer la lecture

Conseil lecture :